Comment préparer son aîné à l'arrivée d’un autre enfant ?

L'arrivée d'un bébé dans la famille est toujours délicat pour le ou les enfants qui sont déjà là. Pour éviter les histoires de jalousies et crises diverses entendues autour de nous, avec ma femme nous avons préparé nos deux premières filles pendant toute la durée de la grossesse.

Je vous raconte ici comment on s’y est pris, et les résultats immédiats.

Pendant la grossesse, votre enfant veut comprendre ce qui se passe : dites-lui!

Tous les parents vous le diront : les enfants ont un sixième sens. Ils sont très tôt capables de comprendre ce qui se passe, sans qu’on ait besoin de leur dire. Avec ma femme, lorsqu’on a annoncé à nos deux filles (2 et 4 ans) qu’elles auraient un petit frère ou une petite sœur, la plus grande a répondu qu’elle s’en était déjà rendu compte. Peut-être était-ce du bluff, mais j’ai entendu tellement de parents raconter la même histoire, il doit y a voir une part de vérité.

Je commence par là parce que je pense qu’il faut annoncer le plus tôt possible aux enfants. Sinon, ils sentent qu’on leur cache quelque chose et ils n’aiment pas.

Ensuite la jalousie. Combien de fois ai-je entendu des adultes dire à des enfants avant une naissance à venir : « est-ce que tu es content d’avoir une petite sœur ? », ou bien, encore mieux (mais véridique) : « est-ce que tu n’es pas trop jaloux d’avoir un petit frère ? ».  Tout ce que vous réussirez à faire en posant ce genre de question, c’est de susciter ou d’encourager la jalousie. Avec ma femme, nous avons décidé de ne pas en faire un sujet, en positivant systématiquement : « quelle chance tu as d’avoir une petite sœur/un petit frère : tu vas pouvoir lui montrer tes jouets ».

Le soir nous lisons en général une ou plusieurs histoires aux filles au moment de les coucher. Au cours des derniers mois, nous avons trouvé plusieurs livres qui expliquent bien la grossesse aux petits enfants, comme Nous serons toujours là pour toi ou Il y a une maison dans ma maman, et que les filles ont bien appréciés. Cela nous a permis d’avoir de nombreuses conversations sur la grossesse – elles voient le ventre de leur mère s’arrondir et veulent comprendre- et sur la naissance : mais comment ça se passe ?

 

A l'approche de la naissance, laissez votre enfant vous aider

Puisque les filles étaient déjà bien impliquées dans cette grossesse si l’on peut dire, elles étaient impatientes de voir arriver le nouveau bébé. Tout naturellement, ma femme leur a proposé de l’aider à préparer la valise du bébé pour la maternité. Elles ont choisi ensemble les mini-vêtements, les ont pliés et mis dans le petit sac qui nous a accompagnés le jour J.

Nous avions fait le choix de ne pas demander le sexe ; cela a permis aux filles de se perdre en conjectures sans fin pour savoir si ce serait un garçon ou une fille, augmentant d’autant l’excitation à l’approche du grand jour. Ma seconde fille penchait plutôt pour une petite fille.

Quant à la plus grande, elle était tellement convaincue que ce serait un garçon que notre entourage a fini par croire qu’on savait mais qu’on ne voulait pas le dire !

 

Lors de la naissance, votre enfant veut faire connaissance avec bébé

Le jour de la naissance, une fois que ma femme s’était un peu remise, je suis allé chercher les filles à l’école en fin de journée pour leur annoncer la nouvelle et les emmener à la maternité. Je me suis rendu compte que toute l’école était au courant, les maitresses, les copines etc… tout ce petit monde était surexcité !

J’ai d’abord emmené les filles au magasin de peluches, pour faire choisir à chacune celle qu’elle offrirait au bébé. On entend souvent que le nouveau-né doit offrir un cadeau au plus grand pour faire passer la pilule, mais cette façon de faire nous a paru un peu étrange : les enfants ne sont pas totalement idiots, ils imaginent bien qu’un nourrisson ne peut pas faire de cadeau. Au contraire, quelle responsabilité ça a été pour elles de choisir un jouet ! Elles se sont un peu disputées dans le magasin, surtout pour le principe, et sont finalement tombées d’accord assez vite. Un petit lapin, un petit chiot (en peluche, ouf !), et nous voici partis vers la maternité.

 

En arrivant, on avait préparé une petite scénographie :

  • Le bébé dormait dans le berceau plutôt que dans les bras de sa maman
  • J’avais scotché une photo des deux plus grandes dans ledit berceau

 Une photo des ainées dans le berceau du bébé

Cette préparation a marché au-delà de nos espérances. Les filles, un peu impressionnées par le passage dans les couloirs de l’hôpital, sont entrées sur la pointe des pieds. Quand elles ont vu maman souriante, et le bébé dans le berceau qui, par hasard, avait la tête tournée vers la photo, elles ont laissé exploser leur joie. Cela m’a permis de leur expliquer que le bébé les regarde, et qu’elles veillent sur son sommeil et sa tranquillité.

Elles lui ont ensuite offert chacune son petit cadeau, en déposant la peluche dans le berceau (elles n’y sont pas restées longtemps je vous rassure tout de suite, sécurité oblige). Elles ont pu ensuite prendre leur petite sœur dans les bras, chacune à son tour et avec pas mal de précautions de notre part naturellement. La plus petite a tout de suite compris le concept de grande sœur et depuis répète tout le temps qu’elle est une grande sœur maintenant !

J’ai eu du mal à les faire sortir de la chambre, une heure et beaucoup de bisous plus tard, tant elles étaient contentes de cette nouvelle rencontre.

 

Après la naissance, votre enfant veut de l'attention

Les filles ont ensuite préparé le retour à la maison du bébé à leur façon : guirlandes en papier, dessins accrochés au mur, petite chanson, rien n’a manqué. Lorsqu’on est entrés dans la maison avec le maxi cosi à la main, c’était une véritable fête, elles lui ont fait visiter l’appartement, en commençant par leur chambre, leurs jouets…

Elles avaient placé la Baby Box au milieu de leur chambre, et remplie de leurs peluches, s’appropriant ainsi le concept, ce qu’on a trouvé très mignon.

Depuis, elles demandent régulièrement de la prendre dans les bras, ou de lui dire bonsoir avant d’aller se coucher ; la Baby Box est dans notre chambre maintenant. On fait bien sûr très attention, mais d’une façon générale on les laisse l’approcher autant que possible pour favoriser la construction de ce lien indéfectible.

Cela fait une dizaine de jours maintenant que notre troisième est née. Ma femme s’occupe principalement de cette dernière pendant que j’emmène les grandes au parc, mais elle essaie tout de même, malgré la fatigue, de se réserver des moments privilégiés avec les plus grandes. Cela leur permet de ne pas se considérer reléguées, et au papa de prendre le relais avec la plus petite.

 

A lire à vos enfants: 

Nous serons toujours là pour toi, de Stephan Valentin, aux éditions Pfefferkorn

Il y a une maison dans ma maman, de Giles Andreae, aux éditions Gautier Languereau

Ecrire un commentaire