A la découverte du futur papa

On parle souvent du fait que le père doit être présent, doit accompagner la future maman pendant la grossesse, et c’est vrai. Mais on entend moins souvent la réponse à la question :  qui accompagne le papa ? Que se passe-t-il dans sa tête pendant ces 9 mois ? Va-t-il être prêt pour le grand jour, et surtout pour la suite ? La grande qualité de ce livre est de rééquilibrer ces deux approches. Dans cet article, on va se concentrer sur le père face à lui-même, et on se réserve l’accompagnement de la femme pour un autre article.

Au cours de la grossesse, l’homme doit essayer de comprendre deux choses, et il est normal que ça lui prenne un peu de temps :

  •  Le corps de la femme change
  •  Dans quelques mois il y aura une personne en plus dans ce couple – dont il sera responsable pour longtemps

S’adapter à ces deux choses est d’autant plus difficile qu’il n’a aucun contrôle, ce qui est également nouveau pour lui. De très nombreux articles traitant déjà de l’aspect psychologique de cette question, je vais ici proposer des pistes concrètes d’actions que le père peut mener, en suivant l’ordre que j’ai suivi lorsque ma femme attendait notre premier enfant.

 

---

Vous voulez impressionner votre femme et lui offrir la check list de la naissance?

Imprimez-la, et cochez les cases. C'est si simple!

--- 

Alors que faire ?

La première chose c’est de s’interroger. Sans aller dans une introspection psychologique intense, il est normal de se poser des questions qui peuvent être (sans ordre de priorité) : comment je vois mon rôle de père, quels sont les exemples que j’ai autour de moi et que je voudrais (ou pas) répliquer, qu’est-ce que j’ai envie de transmettre, mais aussi est-ce que je sais comment la grossesse va se dérouler, qu’est-ce que je peux faire, qu’est-ce que ma femme attend de moi…

Certains ont pu déjà réfléchir à ces questions en couple mais pour d’autres cela peut être la première fois qu’ils ont à s’interroger sur leur destinée ; attention à l’atterrissage !

Que vous soyez dans l’un ou l’autre cas importe peu ; en tous cas je crois qu’il faut vraiment se forcer à prendre le temps de se poser ces questions le plus tôt possible, quitte à ne pas y répondre tout de suite. Dans l’interview Benoît le dit très bien : il sera d’autant plus difficile d’accompagner la future maman si on n’est pas au clair dans sa tête. C’est encore plus vrai après la naissance ; le rythme peut vite devenir un peu sportif (absence de sommeil, pleurs, changement de couches à 3h du mat), il vaut donc mieux être vraiment serein !

La deuxième chose c’est de s’informer. Les blogs comme celui que vous lisez abondent, les livres ne manquent pas non plus. Choisissez-en un, lisez-le tranquillement, vous verrez on apprend des tas de choses passionnantes. Vous pouvez en parler avec votre femme, comme je le suggère ici, en prenant une heure chaque semaine.

 

La troisième chose c’est de partager.

Ma femme, comme d’autres, m’avait un peu forcé à participer à ces séances de préparation à la naissance. Autant vous dire que tous les pères sont entréà reculons dans la pièce la première fois – il faut dire qu’il y avait match ce soir-là. Les premières minutes chacun gardait un œil sur l’appli de l’Equipe ouverte en mode live. Et puis au fur et à mesure on a tous abandonné le match et découvert des choses nouvelles, et même intéressantes !

D’abord des choses assez simples : je ne suis pas le seul à me sentir un peu à côté de la plaque. Ensuite, chacun partageait ses trucs et astuces ; un dans la bande avait déjà listé, 3 mois avant, tout ce qu’il avait besoin de préparer pour partir à la maternité (voir aussi ici). Il savait quel taxi il prendrait, par quelle route arriver à la maternité, il avait tous les numéros de garde possibles à Paris.

Mais ce dont on a surtout pris conscience et qui était totalement nouveau pour la plupart d’entre nous, c’est que l’homme n’a pas besoin de s’enfermer dans le rôle du roc inébranlable pour soutenir sa femme enceinte. Au contraire, s’ouvrir à elles de nos questions ou nos angoisses les rassuraient vraiment. Tout simplement parce que pour elles, cela signifiait qu’on était vraiment en train de prendre conscience de ce qu’il se passait.

Mine de rien, au cours de cette première grossesse, on a redéfini les rapports dans nos couples respectifs, en apportant plus d’échange qu’auparavant.

 

Comme vous le savez maintenant, je n’en suis pas à un coup d’essai ; avec ma femme on attend notre troisième enfant. Pourtant, j’ai encore appris plein de choses passionnantes en lisant Bientôt Papa, je ne peux donc que vous encourager à en faire autant !

Découvrez