10 choses que la sage-femme peut faire pour vous

Le rôle de la sage-femme est relativement méconnu. Tout le monde connait son rôle dans la salle d’accouchement, mais il est pourtant beaucoup plus large et peut couvrir aussi bien la période de la grossesse que le suivi gynécologique de toute une vie.

Pour mieux connaitre ce qu’elles peuvent vous apporter, nous leur avons tout simplement demandé. L’article qui suit est le résultat d’un sondage que nous avons mené auprès des 200 sages-femmes du réseau Happynest.

Sur ce sujet passionant, vous pouvez aussi lire l'interview de notre sage-femme Anna Roy, ou celle de Benoît Le Goëdec, un homme qui est sage-femme. (on dit "un sage-femme"!)

1. Accompagner votre grossesse de A à Z

Du premier rendez-vous en tout début de grossesse jusqu’à bien après la naissance, la sage-femme est le véritable pivot de votre grossesse. 
Elle assure le suivi médical (échographies, examens cliniques, surveillance du fœtus...) et connait vos besoins dans tous les aspects de la grossesse, médicaux, psychologiques ou pratiques, pour vous conseiller au mieux.

Lors des premiers rendez-vous, elle va aussi lister avec vous tous les interlocuteurs qui peuvent vous être utiles et que vous ne connaissez pas toujours : PMI, visiteuses maison, conseillers en tabacologie, en lactation…

Visite a domicile de la sage-femme pour la jeune maman

2. Être à votre écoute

Celles qui suivent une préparation à l’accouchement à l’hôpital vous le confirmeront, celle-ci est très axée sur les aspects médicaux de l’accouchement. La sage-femme, que vous rencontrez le plus souvent en tête à tête (ou avec votre conjoint, nous y reviendrons), est là pour répondre à toutes vos questions.

Dans notre sondage, elles ont partagé les questions qui revenaient le plus souvent : appréhensions sur l’accouchement (76% d’entre elles), les douleurs pendant la grossesse et l’accouchement (73%), soins du bébé et allaitement (68%), mais aussi des questions comme la sexualité pendant et après la grossesse (54%), l’impact financier lié à l’arrivée du bébé (32%). Vous le voyez, avec elles il n’y a aucun sujet tabou !

 

3. Préparer l’accouchement

A l’hôpital ou en cabinet libéral, la préparation classique est assurée par des sages-femmes. Celle qui assure votre suivi particulier a une vue d’ensemble qui lui permet de vous recommander les soins et activités qui correspondent à vos besoins : au cours de notre sondage, les pratiques les plus fréquemment évoquées sont la sophrologie et l’haptonomie, mais également la préparation aquatique.

Elles nous le disent, l’hôpital peut effrayer les futurs parents, et c’est un peu normal puisqu’on y va en général pour se faire soigner. Elles ont à cœur de vous faire découvrir la maternité, l’équipe qui vous entourera le grand jour, les lieux, la salle de travail.

Elles vous aideront aussi à déterminer quand partir à la maternité, et quoi y emporter.


Vous le voyez, la préparation à l’accouchement va bien au-delà du médical !

 

4. Convaincre le futur papa de s’impliquer

Les sages-femmes nous le disent : le rôle du père est essentiel dans l’accompagnement de la grossesse, mais pas toujours bien compris. Les conseils qu’elles nous donnent dans le sondage sont clairs : il doit être présent aux consultations et la préparation, poser un maximum de questions, s’impliquer davantage dans le quotidien du foyer pour la décharger…

Elles trouveront les mots qui faut pour convaincre le papa de s’engager pleinement dans le chemin vers la paternité.

Lors de ce sondage, elles sont d’ailleurs 57% à affirmer que les questions concernent de plus en plus la vie de couple en général, et ce longtemps après la naissance. Ce qui nous amène au prochain point : 

 

5. Vous aider à devenir des parents

La sage-femme est au centre des évolutions de la société et de plus en plus sollicitée (52% des réponses) sur les questions liées à la parentalité. Cela peut concerner le bébé : comment en prendre soin, comment le porter, le changer, le nourrir. Cela peut aussi toucher aux relations entre les deux parents : comment encourager son conjoint à participer, ne pas le critiquer lorsqu’il fait une erreur…

Il y a encore quelques années, ce sujet n’en était pas un : les jeunes parents reproduisaient les schémas et comportements de leurs parents. La nouvelle génération, les « Millenials », se construisent d’une façon totalement différente, et les effets sur la parentalité n’en sont qu’à leurs débuts.

La sage-femme est aussi celle qui vous aide à faire vos achats. A rebours des multiples sollicitations des grandes marques, elle saura vous guider à déterminer ce dont vous avez vraiment besoin et ce qui relève du gadget.

Il est important de savoir que les sages-femmes sont soumises au même code de déontologie que les médecins, elles n’ont pas le droit d’être rémunérée pour la promotion de produits commerciaux. Donc quand elles vous conseillent un article, c’est qu’elles y croient vraiment !

6. Vous prescrire un arrêt de travail

Du moment qu’il ne s’agit pas d’une grossesse pathologique, la sage-femme est autorisée par le code de la Sécurité Sociale à prescrire un arrêt de travail à une femme enceinte lorsqu’elle estime que son état le nécessite.

Cet arrêt n’est pas renouvelable et ne peut excéder quinze jours calendaires. Attention, cet arrêt de travail est différent du congé pathologique, qui ne peut être prescrit que par un médecin, par exemple en cas de risque d'accouchement prématuré, de conditions de travail pénibles.

 

7. Vous prescrire certains médicaments

Les sages-femmes peuvent prescrire certains antibiotiques, pour soigner une infection urinaire par exemple, ou en cas de rupture prématurée de la poche des eaux, mais aussi de l’homéopathie pour vous aider à supporter toutes les douleurs habituelles: les nausées sont les plus connues, mais aussi les jambes lourdes ou les montées de lait douloureuses.

Après la naissance, elles seront encore là pour vous prescrire des anti-inflammatoires, par exemple pour vous soulager après une césarienne ou une épisiotomie.

 

8. Faire naître votre enfant

C’est bien le cœur de la vie de la plupart des sages-femmes : l’accouchement. Il est pourtant peu connu que 80% des grossesses qui ne connaissent pas de difficulté particulière ou ne nécessitent pas de césarienne, mènent à des accouchements entièrement supervisés par les sages-femmes. 90% d’entre elles ont déjà mené des accouchements sans présence de gynécologue dans la salle.

La sage-femme, votre meilleure amie apres la naissance du bébé

 

Ses domaines de compétence sont donc très étendus : la sage-femme peut pratiquer une anesthésie locale, réaliser une échographie, assurer le suivi global de la naissance, réinjecter un produit anesthésique lors d'une péridurale pratiquée par un médecin.

Et c’est la sage-femme qui vous remettra votre bébé dans les bras juste après la naissance ; quel beau métier !

 

9. Vous accompagner après la naissance

Le travail des sages-femmes n’est pas terminé avec la naissance, bien au contraire. Trop peu de femmes le savent, les visites d’une sage-femme libérale à domicile sont remboursées à 100% pendant 12 jours, à 70% ensuite. Lors de ces visites, la sage-femme va vous accompagner dans les gestes du quotidien dont beaucoup sont nouveaux, dans l’allaitement, mais aussi pour la rééducation du périnée. A Paris, 20% des femmes connaissent la dépression post-partum, ce soutien est donc bienvenu !

La sage-femme au XIXeme siecle

Les sages-femmes nous disent toutes qu’elles sont sollicitées par les parents de plus en plus longtemps après la naissance, c’est dire à quel point leurs conseils sont appréciés des parents.

 

10. (Bonus !) Vous accompagner en dehors de la grossesse

La sage-femme peut suivre les femmes à tout moment de leur vie : suivi gynécologique de prévention (examens gynécologiques, frottis…), prescription d’un moyen contraceptif ou encore même pour certaines, actes d’acupuncture ou d’ostéopathie.  

Ecrire un commentaire